Fermeture estivale : la billetterie est fermée du lundi 1er juillet au dimanche 11 août inclus. En savoir plus

Grand Théâtre de Genève
© GTG / Aurélien Bergot
Metteur en scène

Matthias Hartmann


© DR

Né à Osnabrück, il fait ses premiers pas au Schillertheater Berlin et au Theater Kiel. En 1990, il devient le directeur artistique et metteur en scène en résidence au Niedersächsische Staatstheater Hannover, où sa mise en scène d’Emilia Galotti est invitée au Berliner Theatertreffen. De 1993 à 1999, il travaille pour le Residenztheater de Munich. Il est aussi engagé au Deutsches Schauspielhaus Hamburg et au Burgtheater Wien. Sa mise en scène de Der Kuss des Vergessens de Botho Strauss est créée au Schauspielhaus Zürich. De 2000 à 2005, il est directeur du Schauspielhaus Bochum et met en scène des créations de Botho Strauss et Peter Turrini, En attendant Godot de Beckett et 1979 d’après Christian Kracht. Son projet Deutschland, deine Lieder inaugure la Ruhrtriennale 2002. De 2005 à 2009, il est directeur du Schauspielhaus Zürich, où il met en scène Nach der Liebe beginnt ihre Geschichte de Strauss, Ivanov de Tchékhov, la création germanophone de Je suis le vent de Jon Fosse et Immanuel Kant de Bernhard. De 2009 à 2014, il est directeur du Burgtheater Wien, où il met en scène Faust de Goethe, Guerre et Paix d’après Tolstoï (récompensé par le Prix spécial Nestroy 2010), Das blinde Geschehen de Botho Strauss, Schatten (Eurydike sagt) de Jelinek et Die letzten Zeugen de Doron Rabinovici. Actif à l’opéra depuis 2003, il met en scène La Fiancée vendue, Tiefland, Carmen et Mathis der Maler à l’Opernhaus Zürich, Elektra à l’Opéra national de Paris et Lady Macbeth de Mzensk au Wiener Staatsoper et, plus récemment, Lady Macbeth de Mzensk au Wiener Staatsoper, Der Freischütz à La Scala et Carmen à l’Opernhaus Zürich. Projet pour 2019 : Idomeneo à La Scala. 

À retrouver dans

Boris Godounov, opéra en 7 scènes et un prologue de Modeste Moussorgski

Du 28 octobre au 15 novembre 2018 à l'Opéra des Nations

En savoir plus