Grand Théâtre de Genève
© GTG / Aurélien Bergot
Chorégraphe

Reinhild Hoffmann


© Jochen Klenk

Reinhild Hoffmann appartient, avec Johann Kresnik, Gerhard Bohner, Pina Bausch et Susanne Linke, à la génération pionnière du Tanztheater allemand. Elle est formée à la Folkwang-Hochschule d’Essen, sous la direction de Kurt Jooss. En 1978, elle prend la direction du Bremer Tanztheater (jusqu’en 1981 avec Gerhard Bohner).
« Le travail qu’elle y a effectué se démarque du ballet d’action traditionnel tout comme de la classique danse moderne expressive. Ce ne sont plus des chorégraphies, dans le sens traditionnel du terme, mais des « pièces », de propres compositions de mouvements, d’espace et de son qui racontent un thème qui se crée sous les yeux du spectateur. Dans ses performances solos, elle explore continuellement le langage de son propre corps en limitant le potentiel expressif de celui-ci par des objets immobiles ou encombrants, massifs ou extrêmement réduits. Dans ce type de pièces le conflit avec les arts visuels est mis au premier plan. C’est aussi ce qui détermine le travail de Reinhild Hoffmann dès le départ. »
(Theresia Birkenhauer)
Ses créations au Bremer Theater (1978-1986), puis au Theater Bochum (1986-1995), sont reprises en tournée par de nombreuses scènes internationales, maintes fois saluées et honorées. Dès 1995, elle travaille en tant que chorégraphe et metteur en scène indépendante. Parmi ses mises en scène, citons : Don Giovanni, Tristan und Isolde, Salome, Dialogues des Carmélites, Iphigénie en Tauride, ainsi que les créations de Begehren de Beat Furrer (création de l’année 2003), Ein Atemzug – Die Odyssee d’Isabel Mundry (création de l’année 2005) et la première suisse de Die tödliche Blume et Macbeth de Salvatore Sciarrino.

Débuts au Grand Théâtre de Genève

À retrouver dans

Ballet de Reinhild Hoffmann

Du 10 au 17 octobre 2017 à l'Opéra des Nations

En savoir plus