Fermeture estivale : la billetterie est fermée du lundi 1er juillet au dimanche 11 août inclus. En savoir plus

Saison 18-19

Luca Pisaroni et le lied à l’italienne

Portrait

Bien que son nom soit associé à l’opéra, et plus particulièrement à ses rôles dans des œuvres de Mozart, Luca Pisaroni s’est également établi comme interprète charismatique et versatile à travers un large répertoire. Il débute au Festival de Salzbourg sous la baguette de Nikolaus Harnoncourt et, depuis, alterne entre opéras et concerts sur les plus grandes scènes internationales. Son répertoire est vaste, incarnant notamment des rôles allant de Faust à Almaviva(Le Nozze di Figaro) - qui se reflète également dans sa large discographie.


Luca Pisaroni © Jiyang Chen

Un programme de lieds audacieux
Quand ce baryton-basse décide de présenter un récital, nul ne s’étonne de la programmation inédite et audacieuse. Accompagné de Malcolm Martineau au piano, la première partie regroupe des œuvres de Ludwig van Beethoven, Johann Friedrich Reichardt et de Franz Schubert. Ce qui lie le choix des chants est la langue : ce sont tous des lieds en italien – élément particulier vu que par sa syntaxe, ses sons et sa sensibilité différente l’italien reste minoritaire dans le répertoire du lied. Chez Beethoven il sélectionne, entre autres, La Partenza ou In questa tomba obscura, alternant entre ode à l’être aimé et fascination pour la mort. Chez Reichardt il sélectionne six lieds basés sur des poèmes de Pétrarque et continue ainsi sa ballade amoureuse. Pisaroni termine sa première partie en proposant quatre lieds basés sur des poèmes de Métastase composés par Schubert. Sur des structures et des mélodies allemandes et autrichiennes se superpose la finesse des vers des poètes italiens de renom.

La seconde partie du programme est entièrement vouée à une sélection de lieds, cette fois-ci en allemand, de Schubert. Rien d’étonnant dans le choix de ce maître incontesté du genre qui modèle sa partition autour du texte afin de le sublimer et donne ainsi une dimension nouvelle à cette musique. 

Loué par la critique lors de ses récitals présentant une programmation similaire, notamment au Wigmore Hall et Carnegie Hall, le timbre riche au doux legato du baryton-basse saura, sans nul doute, convaincre les spectateurs de l’Opéra des Nations !

par Tania Rutigliani


Luca Pisaroni en récital, le vendredi 2 novembre 2018 à l'Opéra des Nations

En savoir plus