Les billetteries du Grand Théâtre de Genève seront fermées du jeudi 5 juillet au dimanche 12 août 2018 inclus. En savoir plus

Saison 18-19

Saison 18-19

Le mot du directeur

Une nouvelle saison se profile et avec elle de nouvelles aventures. C’est la saison du retour à la place de Neuve, tant attendu par les équipes et le public, mais ce sera également ma dernière saison en tant que Directeur général du Grand Théâtre de Genève. Une page se tourne et je suis particulièrement ravi d’avoir pu l’écrire grâce à vous, cher public, chères équipes du Grand Théâtre, chers artistes de l’Orchestre de la Suisse Romande, chers sponsors et mécènes, chers membres du Conseil de Fondation, chers élu-e-s de la Ville et du Canton, et chers partenaires devenus de plus en plus nombreux au fil des années ; un chapitre de l’histoire de cette prestigieuse institution où j’ai pu faire mes premiers pas dans le monde lyrique.

Fidèles et confiants, vous m’avez donné l’occasion de dérouler, saison après saison, un programme artistique diversifié, tant sur le plan lyrique que chorégraphique, dans lequel les ouvrages les plus joués jouxtaient les pièces plus rarement présentées et qu’il me semblait important de vous faire partager. Sur la scène, des talents confirmés et des stars ont côtoyé des talents en devenir. Grâce à votre chaleureux accueil, tous les artistes se sentent bien à Genève et aiment y revenir. Vous avez permis au Ballet du Grand Théâtre de se développer et d’atteindre une maturité qui lui permet de faire partie des compagnies les plus sollicitées dans le monde. Il est devenu notre, votre, prestigieux ambassadeur sur les plus grandes scènes internationales. Depuis la captation de La Wally, votre Grand Théâtre est de plus en plus présent sur le petit écran et en streaming grâce à l’intérêt et aux efforts de la RTS TV et Radio, d’ARTE, ou encore de Mezzo. Ce bilan ne doit cependant pas nous faire oublier certaines ombres et certaines épreuves. Mais grâce à vous, les nuages se sont dissipés et nous avons pu continuer à partager de nouvelles aventures. Est-il possible de vivre sans obstacle, sans épreuves ? Par leur aspect insurmontable, les épreuves nous permettent de puiser au fond de nous-même et de repousser nos limites et de repartir vers d’autres horizons, vers d’autres cimes.

Merci de m’avoir accompagné pendant toutes ces saisons ! Merci d’avoir gravi l’avenue de France ou l’avenue de la Paix pour partager la merveilleuse aventure de l’Opéra des Nations ! Merci de vous rendre encore plus nombreuses et nombreux, sur la rive gauche, à la place de Neuve ! Vous m’avez permis d’écrire un chapitre de cette grande institution genevoise ; votre fidélité, votre présence et votre confiance inestimables renforcent chaque jour, chaque saison, sa pérennité.

Tobias Richter
Directeur général du Grand Théâtre de Genève

Le retour sur la rive gauche

Après trois années de travaux, la scène de Neuve est à nouveau ouverte au public à l’occasion de la saison 2018-2019. Une belle opportunité pour (re)découvrir ce lieu magique de création lyrique et chorégraphique. L’objectif de cette rénovation était triple : patrimonial, fonctionnel et sécuritaire. En effet, les façades et les espaces d’accueil comportaient des éléments décoratifs dégradés, nécessitant une importante restauration. Les espaces de travail devaient être adaptés et agrandis, tandis que de nombreuses zones exigeaient une remise aux normes de sécurité.

Les réalisations

À l’ouverture du théâtre, les abonné-e-s et les publics auront l’occasion de découvrir les espaces d’accueil rénovés, avec des décors redécouverts, des fresques restaurées et des couleurs retrouvées. Le plan de rénovation prévoit une nouvelle billetterie (à jardin), un bar (à cour) et les plafonds longtemps cachés, sont désormais accessibles. Au premier étage, l’avant-foyer révèle des fresques autrefois recouvertes, le foyer principal est magnifié par le travail d’orfèvre des restaurateurs, alors que les boiseries du foyer Rath retrouvent leurs teintes d’origine. La salle elle-même verra son plafond et rideau de scène rafraîchis et la ventilation permettra un meilleur refroidissement. Entre la salle et la toiture des espaces sont également créés, notamment pour une salle de réunion. Aux sous-sols, un spacieux bar public recevra les spectateurs avant les représentations et aux entractes. Par ailleurs, une importante extension souterraine permettra de créer quatre salles de répétitions pour le Chœur, le Ballet du Grand Théâtre et pour les figurants. Côté chauffage, la ventilation et l’isolation permettront une meilleure performance énergétique et un meilleur confort, avec une consommation réduite d’un quart.

Retour sur l’histoire

Dessiné par Jacques-Élisée Goss, le Grand Théâtre de Genève a été construit de 1875 à 1879 pour remplacer le théâtre des Bastions, grâce à la fortune du duc de Brunswick. Durant une répétition de La Walkyrie de Wagner le 1er mai 1951, l’essai d’un effet pyrotechnique propagea un incendie dans tout le théâtre : cage de scène, salle, coulisses furent ravagées par les flammes. Seuls les foyers seront relativement épargnés. Après plusieurs années de travaux, le bâtiment est rouvert au public le 10 décembre 1962, avec une salle en palissandre coiffée de « La Voie lactée », un plafond de lumières, argent, or et verre de Murano imaginé par Jacek Stryjenski. En 1997, les dessus de la cage de scène (la machinerie) sont rénovés. En 2006, c’est au tour des dessous : les ponts de scène. Pour l’importante rénovation partielle des dernières années, la démarche remonte à 2004, avec un premier crédit d’étude voté par le Conseil municipal. En 2012, il est proposé de repousser de deux ans le début des travaux, mais le délibératif demande de s’en tenir à la planification initiale, en 2015. Venu de Paris, le Théâtre éphémère de la Comédie-Française est agrandi, adapté et équipé d’une fosse d’orchestre pour être inauguré en début 2016 sous le nom d’Opéra des Nations.