Saison 16-17

Saison 16-17

Laissez-vous transporter à l'Opéra des Nations

Cher Public,

Vous avez été nombreux à nous suivre sur la rive droite, à l’Opéra des Nations, une structure éphémère sortie de terre en un temps record, grâce aux efforts conjugués de tous. Nous sommes ravis que la prise en main de ce nouveau lieu se soit déroulé sans anicroches, grâce à votre compréhension et au professionnalisme de tous. Vous vous êtes laissés fasciner par la magie d’une Alcina remarquable et remarquée salué par les médias et filmé pour ARTE et la RTS, entre autres. Soyez chaleureusement remerciés pour votre fidélité et pour vos encouragements qui nous permettent chaque saison de vous proposer de nouvelles aventures à partager.

Grâce à vous, grâce à l’Opéra des Nations, la vie lyrique et chorégraphique continuent pendant les travaux de rénovation du Grand Théâtre à la Place de Neuve. Nous vous invitons à des innovations dans la continuité et à découvrir des œuvres plus rarement jouées parmi des ouvrages emblématiques de l’opéra. Dans la lignée d'Alcina, la saison démarre avec un événement majeur, The Indian Queen de Purcell, dirigé par Teodor Currentzis à la tête de son fabuleux ensemble MusicaAeterna. Ultime œuvre du compositeur, elle a séduit les scènes du monde entier. L’opéra-comique garde une place de choix, car en ouverture de saison vous pourrez voir et entendre le chef-d’œuvre de Massenet, Manon, qui scelle le retour d’Olivier Py à Genève, avec, entre autres Patricia Petibon et Bernard Richter, un enfant du pays. Cette production marque le début d’une collaboration avec l’Opéra Comique de Paris, tout comme la suivante est à l’origine d’un nouveau partenariat avec le Komische Oper de Berlin qui nous propose Der Vampyr, de Heinrich Marschner, trait d’union entre Carl Maria von Weber et Richard Wagner. L’intrigue est tirée d’une nouvelle de John Polidori qui résida en Suisse en compagnie de Lord Byron. L'ouvrage s’inscrit parfaitement dans l’année du bicentenaire de Frankenstein, le démiurge des lumières. Il Giasone de Cavalli, nous donne l’occasion d'apprécier la Cappela Mediterranea sous la direction de Leonardo García Alarcón, une autre façon d’approcher le mythe de Médée. Au Victoria Hall, en coproduction avec l’Orchestre de la Suisse Romande, nous vous présentons une œuvre trop rarement donnée de Tchaïkovski, Orleanskaya Deva, La Pucelle d’Orléans. À Noël, vous aurez rendez-vous avec La Bohème, plus tard avec Cosí fan tutte, puis Norma, qui voit le retour d’Alexandra Deshorties, la fabuleuse Medea, sans oublier une des œuvres emblématique du XXe siècle, Wozzeck, d’Alban Berg. Entre diverses tournées internationales le Ballet du Grand Théâtre nous invite à deux nouveaux programme, l’un avec des musiques de Rameau, imaginé par le chorégraphe de Casse-noisette, Jeroen Verbruggen, l’autre avec La Passion selon Saint-Matthieu, chorégraphiée par Pontus Lidberg. Nous avons également le plaisir d’accueillir le Ballet du Deutsche Oper am Rhein qui présente Ein Deutsches Requiem de Johannes Brahms, une autre pierre angulaire des oratorios de l’histoire de la musique.
Une nouvelle fois, de grands noms de la scène internationale ont répondu présent, pour nous permettre de vous offrir une saison de récitals riche et séduisante. Nous vous invitons également à découvrir Erwin Schrott dans un programme spécial, ROJOTANGO, et à retrouver Joyce DiDonato dans un concert de gala, coproduit avec le Cercle du Grand Théâtre de Genève.

Nous tenons à exprimer notre plus sincère reconnaissance à toutes celles et à tous ceux qui nous soutiennent et nous permettent d’écrire de nouvelles pages de l’histoire du Grand Théâtre, et en premier lieu à nos fidèles abonné(e)s et aux nombreux spectateurs. Nous espérons que l’Opéra des Nations permettra de faire découvrir à un public, sans cesse croissant, un Art qui nous est cher.
N’hésitez pas à nous rejoindre, il n’y a qu’un pas jusqu’à l’Opéra des Nations !

Tobias Richter
Directeur général du Grand Théâtre de Genève

« Le théâtre a charge de représenter les mouvements de l’âme, de l’esprit, du monde, de l’histoire ».
Ariane Mnouchkine